Faucon sacre

Caractéristiques

Le Faucon sacre (Falco cherrug) est une espèce de rapace diurne. Il a une taille de 45 à 57 cm et une envergure pouvant atteindre 126 cm. Les ailes sont longues et larges, d'un brun foncé. Elles sont tachetées et rayées sur le dessus comme le dessus de la queue. Le dessous est blanc cassé avec des taches et des bandes marron. La tête de l'oiseau est d'un blanc cassé caractéristique.

Habitat et écologie

Le Faucon sacre fréquente les prairies, les landes,  les steppes boisées et semi-désertes. Il est physiquement adapté à la chasse à proximité du sol en terrain ouvert et est spécialisé dans les rongeurs terrestres diurnes de taille moyenne des prairies ouvertes. Dans certaines régions, en particulier près des zones humides, il se tourne vers les oiseaux comme proie principale et a récemment remplacé les rongeurs par des pigeons domestiques dans certaines régions d'Europe. Il utilise des bosquets ou des falaises pour nicher, occupant les anciens nids d'autres oiseaux. Les oiseaux sont sédentaires, partiellement migrateurs ou totalement migrateurs, en fonction de la raréfaction, en hiver, des ressources alimentaires dans les zones de reproduction (Baumgart 1991, Snow & Perrins 1998). Les adultes migrateurs d'Europe centrale voyagent jusqu'à la Méditerranée.

Population et distribution

Selon le rapport de l'Article 12, le Faucon sacre a une population nicheuse de 270-350 couples et une aire de reproduction de 73 700 kilomètres carrés dans l'UE-27.

Cette espèce a une large répartition qui va de la région du Paléarctique, de l'Europe orientale à la Chine occidentale. Elle se reproduit en Autriche,  Bulgarie, Croatie, Tchéquie, Géorgie, Hongrie,  Macédoine, Moldavie, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Turquie, Ukraine, Irak, Arménie,  Ouzbékistan, au Tadjikistan, au Kirghizstan, au Kazakhstan, en Mongolie et en Chine, avec des populations hivernantes ou de passage (au sein de l'UE-27) régulièrement en Italie, à Malte et à Chypre.

Tendance de la population

La tendance de la population nicheuse dans l'UE-27 est à l'augmentation à court terme et long termes. Le statut de la population de Faucon sacre dans l'UE a été évalué comme étant Menacé, car l'espèce répond à un ou plusieurs des critères de la Liste rouge de l'UICN pour les espèces menacées à l'échelle de l'UE-27. Selon la Liste rouge de l'UICN, elle est En danger au niveau mondial et Vulnérable au niveau européen, car la population pourrait connaître un déclin très rapide qui semble particulièrement grave dans les zones de reproduction de l'espèce en Asie centrale.

Menaces

En Europe, cette espèce a principalement souffert de la perte et de la dégradation des steppes et des pelouses sèches en raison de l'intensification de l'agriculture, de l'établissement de plantations et du déclin du pastoralisme ovin, ce qui a entraîné un déclin des principales espèces de proies. Les prélèvements pour la fauconnerie constituent un problème grave, qui a provoqué des extinctions locales (Baumgart 1991, 1994, K. Ruskov in litt. 2007). Dans l'Est de la Hongrie, la déprise agricole pourrait avoir une influence négative, car la plupart des proies ont besoin de surfaces enherbées restreintes qui sont maintenues par les pratiques agricoles (S. Nagy dans litt. 2007). Ailleurs, le déclin est principalement attribuable aux prélèvements pour la fauconnerie, tandis que les persécutions, l'utilisation de pesticides (notamment en Mongolie en 2003) et le déploiement de produits agrochimiques jouent un rôle moindre (Baumgart 1991, Riddle and Remple 1994, Barton 2000, Eastham et al. 2000, Fox 2002, Haines 2002, ERWDA 2003). Le nombre d’individus piégés  annuellement pour les fauconniers du Moyen-Orient a été estimé à 4 000 en Arabie Saoudite, 1 000 au Qatar et 500 à 1 000 dans chacun des pays suivants : Bahreïn, Koweït et Emirats Arabes Unis, ce qui, en tenant compte d'une mortalité de 5 % avant collecte, indique une consommation annuelle de 6 825 à 8 400 oiseaux (Fox 2002, ERWDA 2003). Parmi ceux-ci, la grande majorité (77 %) serait constituée de femelles juvéniles, suivies de 19 % de femelles adultes, 3 % de mâles juvéniles et 1 % de mâles adultes, ce qui pourrait créer un biais important dans la population sauvage (Fox 2002, ERWDA 2003). Une autre étude, cependant, donne une estimation beaucoup plus basse pour les effectifs légalement piégés en Arabie Saoudite, correspondant à une moyenne de 22 oiseaux par an dans la période 2002-2009 (M. Shobrak dans la litt. 2015). L'hybridation avec des faucons hybrides échappés ou relâchés pourrait influencer l'intégrité génétique des populations sauvages (S. Nagy in litt. 2007, Nittinger et al. 2007). Sur le plateau du Qinghai-Tibetan en Chine, les politiques de contrôle des rongeurs et les pratiques d'élevage, ainsi que le développement de barrages hydroélectriques et l’urbanisation liée à l’implantation d'infrastructures électriques, pourraient avoir un impact sur la population (A. Dixon dans la litt. 2012).

Références

Barton N.W.H. (2000).Trapping estimates for sakers and peregrine falcons used for falconry in the United Arab Emirates. Journal of Raptor Research 34: 53-55

Baumgart, W. (1991). Der Sakerfalke.

Baumgart, W. (1994). Saker Falco cherrug. In: Tucker, G.M.; Heath, M.F. (ed.), Birds in Europe: their conservation status, pp. 198-199. BirdLife International (Conservation Series 3), Cambridge, UK.

Dixon, A. (2012). Conservation of the Saker Falcon (Falco cherrug) and the use of hybrids for falconry. Aquila 119: 9-19.

Eastham, C., Quinn J., Fox, N. (2000). Saker Falco cherrug and Peregrine Falco peregrinus Falcons in Asia: Determining migration routes and trapping pressure. Raptors at Risk, WWGBP / Hancock House

ERWDA. (2003). The status of the Saker Falcon (Falcon cherrug) and assessment of trade. Environmental Research and Wildlife Development Agency, Abu Dhabi, UAE.

Fox, N. (2002). The conservation of the Saker Falcon (Falcon cherrug) and the role of CITES in UAE 2002. Environmental Research and Wildlife Development Agency, Abu Dhabi, UAE.

Haines, G. (2002). An assessment of the impact of trade on the Saker Falcon.

Nagy S., Demeter I. (2012). Saker Falcon: European Single Species Action Plan

Nittinger, F.; Gamauf, A.; Pinsker, W.; Wink, M.; Haring, E. (2007). Phylogeography and population structure of the Saker Falcon (Falco cherrug) and the influence of hybridization: mitochondrial and microsatellite data. Molecular Ecology 16: 1497-1517.

Riddle, K. E.; Remple, J. D. (1994). Use of the Saker and other large falcons in Middle East falconry. In: Meyburg, B.U.; Chancellor, R.D. (ed.), Raptor conservation today, pp. 415-420. Pica Press, Robertsbridge, U.K.

Ruskov K., Iankov P (2007). Study and conservation of the Saker Falcon (Falco cherrug) in Bulgaria, Technical Report

Shobrak M. Y. (2015): Trapping of Saker Falcon Falco cherrug and Peregrine Falcon Falco peregrinus in Saudi Arabia: implications for biodiversity . Saudi Journal of Biological Sciences 22: 491-502.

Snow, D.W. and Perrins, C.M. 1998. The Birds of the Western Palearctic, Volume 1: Non-Passerines. Oxford University Press, Oxford.