Milan royal

Caractéristiques

Le milan royal (Milvus milvus) est un rapace de taille moyenne (L 60 cm), plus grand et plus pâle que le Milan noir (Milvus migrans) avec une queue profondément fourchue. Le corps, le haut de la queue et les ailes sont roux. Les rémiges primaires blanches contrastent avec les extrémités noires des ailes et les secondaires foncées. Outre la différence de poids, les sexes sont similaires, mais les juvéniles ont la poitrine et le ventre chamois. Son cri est un mince sifflement, semblable à celui de la Buse variable, mais moins miaulant que celle-ci.

Habitat

L'espèce se reproduit dans les bois et forêts de feuillus, mélangés à des terres agricoles, des pâturages et des landes, jusqu'à 2 500 m au Maroc (del Hoyo et al. 1994). En hiver, elle occupe également les friches, les broussailles et les zones humides. Anciennement charognard urbain, il visite encore les périphéries des villes et villages. Il se nourrit d'un large éventail de proies mais principalement de charognes, de mammifères et oiseaux de petite et moyenne tailles. Les reptiles, les amphibiens et les invertébrés sont des proies moins importantes.

Population et distribution

La population européenne de nicheurs au sein de l’UE-27 est estimée à 24 000-31 900 couples, les bastions de sa population se trouvant en Allemagne (12 000-18 000 couples), en Espagne (3 810-4 150 couples) et en France (2 335-3 022 couples). La population hivernante du Milan royal est de 38 100-42 200 individus dans les 27 Etats membres.

Le Milan royal est endémique au Paléarctique occidental, la population européenne couvrant 95 % de son aire de reproduction mondiale. La plupart des oiseaux du nord-est de l'Europe sont migrateurs et hivernent principalement dans le sud de la France et en Espagne, mais certains se rendent jusqu'en Afrique (del Hoyo et al. 1994). Les migrateurs quittent leurs zones de reproduction entre août et novembre pour se diriger vers le sud et reviennent entre février et avril (Snow et Perrins 1998).

Tendance démographique

Selon le rapport de l'article 12 (2008-2012), le statut de la population de Milvus milvus dans l'UE a été évalué comme « Quasi menacé ». En Europe, la taille de la population a récemment été estimée comme diminuant vers un taux approchant les 30 % en 34,5 ans (trois générations) (BirdLife International 2015). La tendance de la population nicheuse dans l'UE-27 est stable à court terme et en déclin à long terme. La tendance de la population hivernante dans l'UE-27 est en baisse à court terme et en baisse à long terme. Un Plan d'action européen pour le Milan royal a été publié en 2009 (Knott et al. 2009). Des plans d'action nationaux par espèce sont menés en Allemagne (Hesse), en France, aux Baléares et au Danemark, et un projet de plan d'action national est également en place au Portugal.

Menaces

La menace la plus directe pour cette espèce est l'empoisonnement direct illégal visant à tuer les prédateurs de bétail et de gibier (ciblant les renards, les loups, les corvidés, etc.). ) et l'empoisonnement indirect par les pesticides et l'empoisonnement secondaire par la consommation de rongeurs empoisonnés par des rodenticides répandus sur les terres agricoles pour lutter contre les pullulations de campagnols, en particulier dans les aires d'hivernage en France et en Espagne, où il entraîne un déclin rapide de la population (Aebischer in litt. 2009) ; il existe une forte corrélation entre les déclins rapides et les populations qui hivernent en Espagne (Carter 2007). Le gouvernement espagnol a répandu plus de 1 500 tonnes d'appâts traités aux rodenticides sur environ 500 000 ha pour lutter contre des pullulations de campagnols des champs dans les terres agricoles entre août 2007 et avril 2008 ; des cas de milans royaux morts par empoisonnement secondaire dans les zones traitées ont été enregistrés (Vinuela in litt. 2009). L'empoisonnement illégal est également une menace sérieuse pour l'espèce dans le nord de l'Écosse, 40 % des oiseaux trouvés morts entre 1989 et 2006 ayant été tués par empoisonnement (Smart et al. 2010). En France, les populations ont disparu au même rythme que celui de la conversion des prairies en cultures céréalières (Tourret in litt. 2009). Le déclin des prairies pâturées et l'intensification de l'agriculture entraînant une pollution chimique, l'homogénéisation des paysages et l'appauvrissement écologique menacent également l'espèce (Knott et al. 2009). Les éoliennes représentent une menace future potentiellement sérieuse (Duchamp 2003, Mammen et al. 2009, P. Tourret in litt. 2009) et des recherches supplémentaires doivent être menées pour évaluer le niveau de menace que les éoliennes représentent pour l'espèce. D'autres menaces moins importantes sont l'électrocution et les collisions avec les lignes électriques (Mionnet 2007, P. Tourret dans la litt. 2009), la chasse et le piégeage (Mionnet 2007, P. Tourret dans la litt. 2009), la mortalité routière, la déforestation, la collecte des œufs (à l'échelle locale) et peut-être la concurrence avec le Milan noir M. migrans, qui a généralement plus de succès (Ferguson-Lees et al. 2001, Cardiel dans la litt. 200, Mammen 2007, Cardiel et Viñuela 2007). Un autre facteur impliqué dans les déclins en France et en Espagne est la diminution du nombre de décharges (Mionnet 2007, Cardiel et Viñuela 2007).

Références

Aebischer, A. 2009. Der Rotmilan – ein faszinierender Greifvogel. Haupt Verlag, Bern.

BirdLife International. 2015. European Red List of Birds. Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg.

BirdLife International 2018. Milvus milvus. The IUCN Red List of Threatened Species 2018: e.T22695072A131877336.

Cardiel, I. and Viñuela, J. 2007. The Red Kite in Spain: distribution, recent population trends, and current threats.

Carter, N. 2007. Lark Rise Farm, Barton, Cambs (Plot 1571) the Countryside Restoration Trust report on breeding birds 2005. BTO Research Report 482: 1-17

Del Hoyo, J.; Elliott, A.; Sargatal, J. 1994. Handbook of the Birds of the World, vol. 2: New World Vultures to Guineafowl. Lynx Edicions, Barcelona, Spain

Duchamp, M. 2003. Birds and windfarms.

Ferguson-Lees, J. and Christie, D.A. 2001. Raptors of the world. Christopher Helm, London.

Knott, J, Newbery P., and Barov B. (2009). Action plan for the red kite Milvus milvus in the European Union, 55 p. ISSN (…)

Mammen, U., Mammen, K., Kratzsch, L. and Resetaritz, A. 2009. Interactions of Red Kites and wind farms in Germany: results of radio telemetry and field observations. In: David, F. (ed.), Red Kite International symposium, pp. 100-105. Montbéliard, France.

Mionnet, A. 2007. Red Kite in France: distribution, population development, threats.

Smart, J., Amar, A., Sim, I.M.W., Etheridge, B., Cameron, D., Christie, G. and Wilson, J.D. 2010. Illegal killing slows population recovery of a re-introduced raptor of high conservation concern - the Red Kite Milvus milvus. Biological Conservation 143(5): 1278-1286

Snow, D.W.; Perrins, C.M. 1998. The Birds of the Western Palearctic, Volume 1: Non-Passerines. Oxford University Press, Oxford.